Notre héritage, notre savoir

Dites-moi, oh dîtes moi qu’est ce qui traite de la psychologie des masses, du débinage, de la faim, de l’Armée du salut, du divorce ou bien du sanatorium ? Voilà donc une drôle de question. A-t-elle lieu de se trouver dans un journal sérieux qui se targue d’être anarchiste ? Eh bien oui ! Car il s’agit de l’Encyclopédie anarchiste !

Un peu d’histoire ! Je ne sais pas si ce qui va suivre est exact, mais bon. Donc un jour un type d’un certain âge se réveilla un matin, peut-être fut-ce juste avant de s’endormir ?
Mon petit doigt me suggère que cela eut lieu à la fin d’une de ces réunions où nous avons le secret d’étaler quelquefois notre inculture. C’est ce que ce bon Sébastien sous-entend quand il dit « Mais que de fois aussi j’ai eu le regret d’observer que, chez la plupart (- des anarchistes), ces conceptions sont en vrac, c’est-à-dire : pêle-mêle, sans classement, sans ordre, sans méthode ! ».

Donc Sébastien Faure, puisqu’il s’agit de lui, se mit en tête de mettre sur pied une encyclopédie qui rassemble tout ce qui était nécessaire de savoir pour un anarchiste. Le projet était grandiose. Il ne peut aboutir complètement. Quatre volumes virent le jour. Dans les années 2010 un groupe de militants fédérés, (anonymes ?) se mirent en tête de les numériser. Un travail de titans ou de fourmis, ou bien de moines copiste laïques, c’est comme on veut. En tous les cas ils méritent si ce n’est un monument mais que leur travail reste disponible. Pour donner envie d’aller y voir parlons un peu des collaborateurs de Sébastien Faure. Ils sont divers et variés. On y trouve entre autres un ouvrier mineur, deux acteurs de la révolution russe, un cordonnier, des correcteurs évidemment, des médecins, des enseignants, des employés ou bien des commerçants. La plupart de ces collaborateurs sont des militants anarchistes, certains ne le sont pas. Il y a toute la gamme des anarchistes, individualistes, végétariens, communistes, syndicalistes etc. Si le lecteur peut trouver tous les grands thèmes anarchistes il peut en trouver aussi des inattendus. Ixigrec aborde les questions suivantes : le kantisme – le libre arbitre – la liberté dans l’éducation – les mammifères – le magnétisme- la métamorphose – les moeurs – le néant – l’objet – l’organisme – le préjugé – la qualité – la quantité – la loi- la quintessence – la raison – le savoir – le sensualisme et la sociabilité – le subjectif – et la vertu et le vice.

Cet individu était peintre en bâtiment ! Beaucoup de notices sont signées, parfois elles comportent plusieurs parties et donc plusieurs signataires comme pour la mémoire où il y en a trois. Mais la moitié au moins est anonyme (Il y en aurait plus de deux mille !). Parmi ces dernières citons en vrac l’amitié, le ban, le cadran, la déduction, éluder, le feu, la grandeur, et je m’arrête là, courant le risque d’agacer le lecteur. Parmi les auteurs qui sont restés dans nos mémoires, on trouve Voline, Archinoff, Sébastien Faure bien sûr, Bertoni et Berneri, Armand, Hem Day, Aristide Lapeyre, Lorulot, Malatesta et Han Ryner.

Donc cher-e-s compagnes et compagnons quand on vous questionne, quand on vous demande « mais qu’est-ce que donc l’anarchisme ? » il vous suffit de répondre « Allez voir notre encyclopédie ! ». Qui donc parmi ceux qui se prétendent révolutionnaires peut dire cela ?
Pour terminer , une petite information, son adresse http://www.encyclopedie-anarchiste.xyz .
Le guetteur
 !

On y trouve